top of page
  • Photo du rédacteurAnne-Sophie JAMOTEAU

Une hydratation optimale pour un sommeil de qualité

La déshydratation est une cause fréquente de perturbation du sommeil. Boire de manière insuffisante dans la journée ne remplit pas nos besoins hydriques quotidiens et par conséquent, les sensations de soif se ressentent et entraînent des réveils nocturnes. Le manque d’hydratation serait également la cause de nuits trop courtes. Le lien entre sommeil et hydratation s’explique par une hormone nommée “vasopressine”. Cette hormone se diffuse tardivement dans le cycle du sommeil. C’est pourquoi, des réveils matinaux ne provoquent pas la libération de cette hormone et cela nuit à l’hydratation corporelle. Il est donc d’autant plus important de boire davantage d’eau si la nuit a été courte. Autrement, le cercle vicieux de déshydratation se poursuit.



Ainsi, pour avoir un sommeil de qualité, il est important de bien s’hydrater en buvant au minimum 1,5 litres d’eau toute la journée, du réveil jusqu’au coucher. De plus, il est important de prendre en compte qu’il existe des boissons favorisant le sommeil et d’autres le perturbant.

Il peut être tout à fait judicieux de consommer des tisanes sédatives telles la camomille, le tilleul, la fleur d’oranger, la verveine, la passiflore ou encore la mélisse pour favoriser le sommeil. La camomille augmente le taux de glycine dans le sang, un neurotransmetteur qui va agir sur les muscles de manière relaxante et favoriser un sommeil profond et réparateur. De plus, le lait possède des effets apaisants. Il apparaît comme une boisson idéale avant le coucher car il contient de grandes quantités de tryptophane, un acide aminé qui facilite l’endormissement.


A l’inverse, il est fortement déconseillé de consommer des boissons qui ont des effets diurétiques avant le coucher (infusion de queues de cerise, thé, café…). Pour éviter l’instabilité du sommeil, toutes les boissons qui ont un effet excitant sur le système nerveux sont déconseillées après 16 heures (thé, café, alcool, boissons à base de cola).


Chez le sportif, les besoins hydriques sont plus élevés du fait de leurs dépenses énergétiques plus accrues. Ils doivent ainsi boire davantage avant l’effort, pendant l’effort et après l’effort. L’objectif pour eux est de compenser les pertes hydriques et les pertes minérales. C’est pourquoi, pour compenser ces pertes et favoriser la récupération, il est judicieux de consommer des eaux riches en bicarbonates. En effet, celles-ci permettent d’éliminer les toxines accumulées lors de l’effort notamment l’acide lactique. Ainsi, le sportif se réveillera le lendemain matin avec moins de courbatures et de douleurs musculaires. Cette boisson apparaît donc essentielle dans le quotidien du sportif et il est conseillé de la consommer dès la fin de l’effort jusqu’au coucher. Elle est peut être alternée avec une eau plate consommée pendant le dîner afin d’éviter d’éventuels troubles digestifs.

Le lait est la deuxième boisson idéale chez le sportif pendant sa période de récupération. Il s’agit à la fois d’une boisson réhydratante car le lait est composée à 87% d’eau mais elle permet aussi de refaire les stocks protéiques, d’apporter du calcium, de la vitamine A, D et des vitamines du groupe B. Du fait de son pouvoir alcalinisant, le lait a le pouvoir également d’éliminer l’acide lactique produit par les muscles au cours de l’effort. Il est judicieux d’en consommer en récupération et notamment avant le coucher pour favoriser une meilleure détente musculaire.


Par ailleurs, il sera fortement déconseillé chez le sportif de boire des boissons sucrées comme le cola, les boissons énergisantes ou encore du thé ou café car elles ont le pouvoir de déshydrater l’organisme, d’élever la fréquence cardiaque et de perturber le sommeil des sportifs dus à leur effet excitant. Le cola est une boisson hypertonique qui peut provoquer des problèmes intestinaux car le tube digestif est perturbé par la déshydratation suite à l’effort physique. De plus, son caractère extrêmement acide altère l’élimination des déchets.

L’alcool est également déconseillé et même la bière ! En effet, les propriétés diurétiques de la bière ne peuvent qu’aggraver les pertes en eau de l’organisme et peuvent également entraîner des réveils nocturnes.

Le sommeil ne devient plus récupérateur chez le sportif dès lors que les symptômes se manifestent par des réveils nocturnes avec une sensation de soif, une couleur des urines foncées et une augmentation de la fréquence cardiaque. Ces indicateurs lui prouve une déshydratation même s’il pense boire suffisamment dans la journée.


 

En conclusion


S’hydrater de manière optimale, ajuster ses choix hydriques en fonction des périodes de la journée et prendre soin de son hydratation pendant la phase de récupération… tout cet ensemble contribue en partie à un sommeil de qualité.


4 vues0 commentaire
bottom of page